samedi 2 juin 2018

Toujours, les mercredis studieux de Perpignan ...

voir aussi : http://dzovig.blogspot.com/p/activites-en-cours.html

Rue des Aubépines, à Perpignan, la petite école arménienne poursuit ses activités, avec Sona, institutrice déterminée, les petits attentifs malgré tout, et les mamans, que ce rendez-vous du mercredi rassemble autour d'un café agrémenté de pâtisseries que l'une d'entre elles a confectionné, pour des échanges que sont les événements de leur vie quotidienne...

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes assises, table et intérieur

L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes assises, table et intérieur

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes assises, personnes qui mangent, table et intérieur

L’image contient peut-être : 6 personnes, personnes assises, personnes qui mangent, table et intérieur

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes souriantes, personnes assises et intérieur

vendredi 1 juin 2018

Projeté le 31 mai 2018 à Perpignan, en présence de son réalisateur LEVON MINASIAN-


Levon Minasian
entouré des membres de l'Association

"BRAVO VIRTUOSE" - (comédie-policier)

Arménie - Alik, 25 ans, musicien d'exception, membre d'un orchestre classique prépare un grand concert. Tout bascule quand le mécène de l'orchestre est assassiné ...La suite à découvrir en se rendant au cinéma  Le Castillet à Perpignan les : Samedi 2 juin (11 h 15) et Lundi 4 juin (21 h) où le film est à l'affiche. 

Une réussite pour ce film moderne et original tourné en Arménie, qui maîtrise tous les ingrédients d'un très bon "polard" qui se taille une place de choix dans l'univers du film d'action, mais pas seulement.  Le scénario transporte le spectateur dans une sorte de conte onirique (selon le projet qu'évoque Lévon Minasian lors du débat faisant suite à la projection). Une occasion également de découvrir des images d'une Arménie "souterraine" que se partage l'oligarchie omniprésente - une situation en passe de bouleversement depuis la récente "révolution de velours" que connait l'Arménie - "Mon film commencé en 2015 et terminé en 2017 est comme une prémonition des événements actuels"  nous dit Lévon Minasian en ajoutant avec humour "je dois bien réfléchir au thème du prochain film" !

A VOIR ABSOLUMENT - !!!

°°°°°°°°°°°°°°°
http://www.allocine.fr/film/fichefilm-257375/critiques/spectateurs/star-5/?page=2

Vous pouvez postez vos impressions, vos commentaires sur allo- ciné ! Comme je l'ai fait - c'est important pour la promotion du film !


lundi 7 mai 2018

- L’Indépendant du 7 mai 2018.

Commémoration à Perpignan du génocide des arméniens 🇦🇲

- L’Indépendant du 7 mai 2018.


Remerciement à Jean Marie Artozoul - La Croix

À :jma66@sfr.fr 


Cher Monsieur,

Nous tenons à vous remercier pour la publication dans vos colonnes du compte rendu de la commémoration du génocide des arméniens.

Nous en sommes très touchés, car vous donnez ainsi une visibilité à un événement trop peu reconnu, souvent occulté par les médias français, et qui permet ainsi de porter à la connaissance des perpignanais, un drame historique qui reste telle une plaie ouverte.  Seule une reconnaissance pleine et entière de la part du pays responsable, la Turquie, qui nie encore à ce jour  la réalité du génocide, permettrait aux survivants de faire le deuil des 1 500 000 victimes innocentes du projet d'extermination conçu et mis en oeuvre sans état d'âme, par les responsables-décideurs de l'empire ottoman.

Encore merci.

Cordialement,


Dzovinar Melkonian
Association arménienne des Deux Catalognes 

Remerciements à Me Olivier Amiel


e-mail adressé à Me Olivier Amiel

Cher Olivier,

Je pensais vous voir pour dire de vive voix toute la reconnaissance que nous éprouvons envers votre action à notre égard,  petite communauté arménienne perpignanaise. 

Vous avez mis au service de notre cause vos relations amicales, vos "bonnes adresses", et votre propre implication, pour faire en sorte que cette commémoration compte des personnalités de la Mairie d'une part, et soit le plus largement diffusée, connue, à Perpignan, d'autre part.

Soyez-en remercié car nous mesurons à leur juste valeur les principes moraux qui vous animent et font de vous un être aux idéaux humanistes.

Avec beaucoup d'amitié,

Dzovinar Melkonian 

mardi 1 mai 2018

ARTICLE PARU DANS LE JOURNAL "LE CATALAN"

Compte-rendu de la commémoration du Génocide des arméniens à Perpignan le 24 avril 2018

26 avril 2018 - Journal Le Catalan


Rassemblés devant le Monument aux Morts – place Armand Lanoux à Perpignan - les membres de l’Association arménienne des Deux Catalognes ont commémoré le génocide des arméniens perpétré par l’Empire Ottoman, dont l’apogée se situe le 24 avril 1915.

La Directrice de l’Association, Dzovinar Melkonian, a débuté son discours par une phrase extraite du film « La Promesse » qui relate d’une façon romancée et pudique la « Grande catastrophe » (Medz Yegherne) : « Notre vengeance consistera à survivre… ».

Elle a ensuite rappelé que « c’est avec beaucoup d’émotion que nous commémorons, pour la seconde année à Perpignan, le terrible événement que fut le premier génocide du XXe siècle, celui des Arméniens au cours des années sombres s’étendant de 1870 à 1918 et au-delà, l’apogée du crime se situant ce 24 avril 1915 où 600 intellectuels arméniens de Constantinople ont été massacrés, tandis que les populations des villages voisins furent jetés sur les routes de l’exode les menant ainsi vers une mort certaine. »

L’Adjoint au Maire de Perpignan, Olivier Amiel, a pour sa part affirmé qu’il y avait « une exigence morale » à commémorer le génocide des arméniens, mais « qu’il a fallu attendre 2001 pour une reconnaissance par le parlement français en raison des craintes et du pragmatisme économique et politique vis-à-vis de la Turquie. Certes, le Président Macron a promis pendant sa campagne de dédier un jour officiel à la commémoration du génocide. Cependant reconnaitre ce massacre qui a causé la mort à 1,2 millions d’hommes, de femmes et d’enfants, n’est que la moitié du chemin, il est nécessaire que la France demande à la Turquie d’en faire autant. Car comme le disait le Président Chirac à ce sujet : Tout pays se grandit en reconnaissant ses drames et ses erreurs ».

Après une minute de silence eut lieu un dépôt de gerbe, puis un chant arménien pour clôturer ce moment de recueillement et de souvenir.

Dzovinar Melkonian

mercredi 25 avril 2018

Nikos Lygeros ne nous oublie jamais



 24 AVRIL 2018 A NICOSIE (Chypre)
Monument aux Morts - Parvis du Palais des Congrés - Perpignan

Rassemblés devant le Monument aux Morts - Place Armand Lanoux à Perpignan, les membres de l'Association arménienne des Deux Catalognes ont commémoré le génocide des arméniens, perpétré par l'empire ottoman, dont l'apogée se situe le 24 avril 1915. 

 Allocution, chant, dépôt de gerbe, prise de parole de Me Olivier Amiel , Adjoint au Maire de Perpignan, ont constitué l'essentiel d'une cérémonie sobre mais émouvante. 

Nous remercions à cette occasion Me Olivier Amiel dont la présence à nos côtés est un réel réconfort, François Lietta, Philippe Debusschère qui nous ont honorés de leur présence.

Tous nos remerciements aux adhérents de l'association qui ont prêté leur concours à cette occasion : Karen Karapetyan, Marina Avdalyan, nos jeunes "porte-drapeaux", ainsi qu'à tous nos amis pour leur présence - en ce jour symbolique.
Me Olivier Amiel - Adjoint au Maire de Perpignan


samedi 31 mars 2018

24 avril 2018


La commémoration du Génocide des Arméniens
aura lieu mardi 24 avril de 16h30 à 18h30 env.
devant le Monument aux Morts du Palais des Congrès
Place Armand Lanoux, 66000 Perpignan

A cette occasion, donnant lieu à un dépôt de gerbe, un bref rappel des circonstances qui ont conduit au génocide sera évoqué, suivi d'un chant interprété par Marina Avdalyan. Nous nous recueillerons durant la minute de silence d'usage.

Nous vous tiendrons au courant des compléments d'informations éventuelles.

jeudi 1 mars 2018

COMMEMORATION DU 24 AVRIL 2018

En 2017, notre jeune ami Sarkis Simonjan, nouveau venu dans notre Association, initie, organise, avec sa fougue juvénile, sa détermination, la première commémoration du Génocide des Arméniens, à Perpignan. Aujourd'hui appelé en Espagne où il se prépare pour son avenir professionnel, il ne sera pas des nôtres.

Merci Sarkis pour ton action ! Tous nos voeux t'accompagnent pour tes projets.                   
Ton initiative n'aura pas été vaine ...
de G à D : Dzovinar, Olivier Amiel, Knar Sakalian

Olivier Amiel, adjoint au maire de Perpignan, sera présent à la commémoration du génocide des arméniens de 1915 le 24 avril prochain 

« A la suite d’une rencontre avec les responsables de « l’Association arménienne des deux Catalognes »,  je me suis engagé à venir assister à la commémoration du génocide des arméniens de 1915 qui aura lieu pour la seconde fois à Perpignan le 24 avril. 
Ce drame trop longtemps occulté qui a coûté la vie à plus de 1,2 millions de personnes ne peut plus souffrir de tergiversations.

Si le Parlement européen a reconnu ce génocide en 1987 et la France par la loi du 29 janvier 2001, on constate à nouveau une gêne, voire une frilosité à l’évoquer et le commémorer par crainte de représailles économiques de la part de la Turquie qui refuse toujours de le reconnaître.

Cela ne doit pourtant pas dicter notre devoir moral envers la communauté arménienne.

À Perpignan « l’Association arménienne des deux Catalognes » bénéficie depuis peu d’un local mis à disposition par la ville et va pouvoir bientôt installer un « khatchkar » (pierre à croix) qui permettra de se recueillir.

Le Président Chirac souhaitait la reconnaissance du génocide par la Turquie elle-même, rappelant que « Tout pays se grandit en reconnaissant ses drames et ses erreurs ». Le Président Macron s’est engagé en janvier à inscrire une journée officielle de commémoration de ce que le Pape François nomme fort justement « le premier génocide du XXe Siècle ».

Voilà ce que cet homme de coeur, qui laisse parler sa conscience - un exemple pour tous ceux qui font des "circonvolutions dilatoires" pour éviter d'évoquer ce drame humain pourtant incontournable - exprime très simplement et très justement. 

Grâce lui soit rendu.

mercredi 17 janvier 2018

au Cinéma "Le Castillet" à Perpignan


"Sensible et beau, le film de Terry George apparaît alors comme nécessaire et important puisqu'il parvient à évoquer ce drame sans sembler partial ou moralisateur. Une réussite certaine ! " Wyzman.

Hier, 16 janvier 2018, au cinéma Le Castillet, à Perpignan, devant une audience restreinte (une cinquantaine de personnes dans la salle), le film The Promise nous a emporté dans l'histoire tourmentée des Arméniens, victimes de la barbarie ottomane dans les années 1915 ..., toile de fond de ce film superbe !

Il n'y a aucune ligne à retrancher, de l'analyse de Wyzman que j'avais postée le 12 janvier  en préambule à la projection du film. 

Trop peu nombreux, comme c'est dommage, les spectateurs bouleversés ont communément reconnu la beauté et la force de ce film, tout en regrettant qu'il ne reste pas à l'affiche plus d'un soir ... On peut lire sur l'écran, à la fin du film, le poème de William Saroyan qui traduit si bien, la résistance arménienne :

  "Je voudrais savoir quelle force au monde
  peut détruire cette race, 
   cette petite tribu de gens sans importance dont l'histoire 
   est terminée, dont les guerres ont été perdues, dont les   
   structures se sont écroulées, dont la littérature n'est plus lue,    
    la musique n'est pas écoutée, et dont les prières ne sont            
                                              pas exaucées.                                                                                       
    Allez-y, détruisez l'Arménie ! Voyez si vous pouvez le faire.       
    Envoyez-les dans le désert. Laissez-les sans pain ni eau.              
    Brûlez leurs maisons et leurs églises. Voyez alors s'ils ne             
    riront pas de nouveau, voyez s'ils ne chanteront ni ne                  
    prieront de nouveau. Car il suffirait que deux d'entre eux se     
    rencontrent, n'importe où dans le monde pour qu'ils                 
     créent une nouvelle Arménie. " 
    (Mon nom est Aram) William Saroyan  

Les arméniens sont encore si peu connus et reconnus, d'une manière quasi générale, hormis peut-être dans certaines villes où les communautés sont bien représentées, que tout ce qui peut les concerner, tant dans les domaines culturel que  politique passe à la trappe ;  quel média, en France, signale les grandes réussites arméniennes artistiques, sportives ou autres, la guerre de l'Artsakh qui occasionne des blessés et des morts chaque jour ? .... On relate pourtant le moindre bobo de certaines communautés dans des émissions télévisées, sur les ondes radiophoniques....

Un grand merci aux fourmis laborieuses, Sona, Christina, qui ont garni de leurs délicieuses pâtisseries arméniennes le buffet prévu pour "le pot de l'amitié".
Merci à Sergueï de son aide, pour le transport à bout de bras jusqu'au cinéma, des lourds cabas remplis de boissons !


                      Avant de se quitter, après "le pot de l'amitié", 
                   quelques amis de notre association 
               pour une photo souvenir.